Le prêt sans apport personnel

Ce qu’il faut savoir

L’apport personnel est un fonds que l’emprunteur doit apporter. La valeur est déterminée dans le contrat de crédit. La valeur de ce prêt est autour des 10 % de la valeur du bien. La somme servira surtout pour le paiement du notaire et tous les frais que le notaire doit payer pour les dossiers. Cet apport prouve que vous êtes un emprunteur sérieux et avec le nécessaire pour le remboursement. Mais ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde. Certaines personnes ont une difficulté pour épargner donc n’ont pas de fonds pour leur emprunt. Le prêt sans apport personnel est donc le fait de faire un emprunt mais que l’apport personnel est amputé. Souvent c’est le prêt 110 % qui est proposé. Le 110 % prend en charge 100 % des travaux ou de l’acquisition et 10 % pour les honoraires du notaire.

L’aval du dossier

Un prêt sans apport personnel est très mal vu car il veut dire que l’emprunteur est en difficulté financière. Peut-être même qu’il aura des difficultés pour les remboursements de l’emprunt. Pour obtenir le prêt sans apport personnel, le dossier doit être très « clean ». Tous les détails concernant votre budget et vos dépenses vous seront demandés. Les banquiers analyseront les moindres transactions que vous avez effectuées. Ils dépouilleront tout ce qui vous concerne. Ils connaitront votre métier, si c’est un métier stable ou non, bien rémunéré ou non, votre ancienneté. Et surtout ils vérifieront votre tirelire. Si vous en manquez, vous devrez avoir une bonne raison sinon le refus serait définitif.

La meilleure solution est de confier votre dossier à un courtier. Il est plus apte à présenter un dossier « médiocre » pour un dossier « acceptable ». Les banques ou institutions financières qui acceptent le prêt sans apport personnel sont peu. Si elles acceptent, elles prendront en compte la valeur d’acquisition du bien, le montant des travaux s’il y en a, les commissions des agents, les garanties et les honoraires du notaire. Mais il ne faut pas trop se laisser avoir car il y a toujours anguilles sous roches. Etudiez bien les deux cas : un prêt sans apport ou un prêt avec apport. Le premier ne présente pas que des avantages. Certes vous n’apportez pas de fonds mais en compensation, votre remboursement en prendra les frais. Si vous n’avez que ce choix, présentez bien votre dossier et en retour étudiez bien leurs garanties et leur taux de remboursement. Demandez des explications sur les modalités de paiement, la durée de celui-ci et tous les frais compris dans le prêt. Certaines banques omettent de vous mettre au courant des frais facultatifs qu’il faut prendre en charge même si votre dossier est classé sans apport personnel. Vous pouvez aussi faire une simulation de ce prêt sur internet, il vous donnera une idée de ce qui vous attendra sur le plan financier.

Les crédits sans apport sont souvent accordés pour les personnes primo-accédantes ou les nouveaux propriétaires. Ces personnes sont de revenu faible ou des jeunes sans épargne.

Le prêt 15 euros par jour

Qui sont les bénéficiaires ?

Il existe bel et bien. Il a été mis en place au cours de l’année 2008. C’est un prêt à part, mais en collaboration avec les autres organismes de prêt comme le 1 % logement et utilise les dispositifs et les démarches du pass foncier.

Ce prêt a été mis en place pour les personnes à faible revenu. Il faut d’abord que le demandeur soit pour la première fois propriétaire du bien qu’il veut acheter (neuf) ou qu’il veut construire. Il doit aussi être parmi ceux dont le prêt à taux zéro ou l’accession sociale est favorable. Et le ménage doit être composé d’au moins 3 personnes. Le prêt est accordé pour toutes les familles dont lesquelles les aides sont accordées.

Les maisons sont choisies par les futures propriétaires parmi les listes que proposent les professionnels. Ces maisons, surtout les neuves doivent remplir certaines conditions surtout sur le plan écologique et consommation d’énergie. La surface du terrain doit faire plus de 250 m2, et la maison construite d’au moins 85 m2 habitables. La construction est réalisée par les professionnels et l’acquéreur la maison finie et bien équipée. Les équipements sont tous des matériels de basse consommation car ils consomment moins de 10 % que les matériels normaux. La maison sera aussi équipée des nouvelles technologies pour les maitrises de consommation d’énergie.

Comment se fait le remboursement

Le remboursement est divisé dans le cas d’une acquisition neuve. Normalement, dans un achat de maison, le prix d’achat comprend celui du terrain et de la nouvelle maison. Mais dans le cas du 15 euros, le prix est séparé et remboursé séparément. Les acquéreurs rembourseront d’abord le prêt sur la maison sur une période maximale de 25 ans. Et c’est seulement après qu’ils achètent le terrain. Le remboursement du terrain se fait entre 10 à 15 ans. Ce type de remboursement est appelé le pass foncier. Il s’ajoute aussi avec les dispositifs du 1 % logement. Ce qui fait que le remboursement est très ajusté. Si le ménage n’arrive pas à payer le remboursement, la maison sera mise en vente pour le 1 % logement qui se chargera de le payer avec la nouvelle famille qui occupera la maison.

Pass foncier

Rappelons que le pass foncier est un dispositif mis en place pour les ménages à faible revenu. Il consiste à dissocier le bâtiment et le terrain. Les conditions pour l’obtenir sont comme celles des 15 euros (ce sont les mêmes dispositifs). La TVA pour ce prêt est de 5,5 %. Les ménages doivent avoir une analyse faite par l’Action logement, une expertise du prix du terrain. Le devis de la construction est fait par les experts. Tous ces devis et analyse sont étudiés ensemble et c’est seulement après que l’aval est donné. Le pass foncier a aussi un plafond à ne pas dépasser, il est de 30 000 à 50 000 euros selon l’emplacement (pour les accédants c’est-à-dire propriétaire pour la première fois). Mais depuis juillet 2010, le pass foncier a diminué considérablement (10 000 euros à 30 000 euros).

Prêt EDF

« Rénovation bleu ciel »

Cette appellation est le terme qu’utilise l’EDF pour son prêt de rénovation. Les maisons énergivores sont de moins en moins habitées. Elles sont de plus en plus rénovées en économiques et écologiques. Avec ce prêt, il est possible de s’équiper des matériels en énergies renouvelables, les équipements de chauffage (gaz ou éclectique) qui consomme moins d’énergie, les ventilations, les isolations thermiques et soniques. Si l’un de ces équipements n’est pas encore au top de la technologie dans votre habitation, EDF vous propose ce prêt. Pour en bénéficier, la première chose à faire c’est de contacter l’EDF. Ils sont les seuls à pouvoir faire des constats pour les rénovations. Leur professionnel s’occupera du dossier pour le prêt. Il est inutile de demander chez les agents de rénovation « classique ». EDF a ses propres agents professionnels qui se chargera de toutes les étapes : des constatations, des études pour les rénovations, des traitements de dossiers et après aval de ce dernier, ils sont les seuls à faire les installations et tous les travaux nécessaires. Les conditions d’acceptation des dossiers sont propres à EDF. Votre habitation doit être dans une zone desservie par EDF. Mais aussi il faut que les travaux soient effectués par les professionnels conventionnés d’EDF. Dans le cas contraire, si vous voulez faire les travaux vous-même, le prêt vous sera refusé. Sinon, ce prêt présente quelques avantages. Il y a déjà les avantages en consommation d’énergie, le financement peut aller jusqu’au 100 % du montant des travaux, ce qui est rare dans les rénovations. Le taux est à partir de 3,95 % et la cerise sur le gâteau c’est le 0 % de frais de dossier et 0 % de pénalités en cas de remboursement anticipé.

« Habitat neuf »

C’est une autre offre de prêt d’EDF. Il est sûr qu’une maison neuve avec des installations écologiques attire des intéressés. La tendance est maintenant vers les énergies renouvelables et les basses consommations. Le prêt est donc pour les résidences principales en future construction. Il sera basé sur les équipements de chauffage et d’eau chaude. Mais aussi pour les planchers chauffants, chauffages et climatisations par pompe à chaleur, planchers ou plafonds rayonnants éclectiques, planchers rayonnants et radiateurs électriques à inertie. Ce sont les matériels jugés écologiques par EDF. Les démarches pour l’obtention du prêt sont préalablement étudiées. Ce sont toujours les conventionnés d’EDF qui se chargeront de tout. Si vous voulez connaitre le montant de votre prêt, un devis peut être fait par les professionnels d’EDF. Pour l’habitat neuf, le demandeur de prêt doit respecter les normes qu’EDF nomme : « référentiel de Qualité d’EDF ». Et il faut évidemment se situer dans les zones qu’EDF est implanté. Le taux de ce prêt est de 2,35 % à 2,75 %. Le montant peut atteindre 15 500 euros pendant 6 mois. Toujours à 0 % de frais de dossier et frais de remboursement anticipé, le prêt EDF est un prêt complémentaire car il ne concerne pas le prêt pour l’achat d’une maison ou d’une rénovation mais seulement des équipements qu’EDF fournis.

Les taux de crédit

Le taux effectif global

Le TEG est le taux de référence. Il doit obligatoirement selon la loi Scrivenner du 13 juillet 1979 figurer sur le contrat de prêt avant tout accord. Avant d’opter pour un taux quelconque, c’est le TEG qui est le plus adapté pour comparer les offres des différents emprunteurs de fonds. Il est le plus adapté car dans ce TEG, tous les frais liés au prêt y sont déjà inclus. Le calcul est fait à partir du montant du prêt, des intérêts de ce dernier, des différents frais de dossier, les frais de garanties (hypothèques, privilège prêteur de deniers,…) et les primes d’assurance du crédit immobilier. Pour les taux révisables, il est inutile de prendre en compte le TEG, car la révision des taux ne sera pas maitrisée. De même que pour les autres taux comme le fixe, le TEG est une comparaison mais il se peut qu’il y ait des frais facultatifs que la banque a le droit de ne pas les inclure dans le TEG.

Le taux fixe

Le taux de crédit fixe est le taux le plus opté. Son fonctionnement est assez simple et rassure plus d’un. Le taux est donc fixé au moment du prêt et reste ainsi jusqu’à la fin du paiement de la dernière mensualité. Son avantage est donc sa stabilité. Vous savez ce que vous allez payer tous les mois et jusqu’aux derniers sous. Vous avez la maitrise totale de votre budget mensuel et annuel. Mais il faut aussi connaitre qu’il y a des inconvénients. Ils dépendent évidemment de l’emprunteur, car si au départ il sait exactement ce qu’il veut, ces inconvénients ne lui atteindront pas. Le premier obstacle est lorsque le taux sur le marché baisse, le taux fixe ne le sera pas. Et s’il y a remboursement anticipé, alors c’est là que les problèmes commencent. La banque n’accepte pas les négociations sur ce point. Le taux pour l’anticipation de remboursement est de 3 % sur le montant restant.

Le taux variable

Révisé à la hausse ou à la baisse, le taux variable change tous les ans. L’indice de changement a été négocié à la signature du contrat. L’emprunteur choisit un indice que la banque propose. Ces indices sont définis en fonction des taux entre les banques. Il  change à toutes les dates d’anniversaire du contrat. Si le taux varie alors les mensualités peuvent augmenter ou diminuer. Et cette variabilité peut aussi affecter la durée des échéances. Maintenant les banques proposent des taux variables avec des mensualités fixes. Le principe est simple, les échéances à payer sont les mêmes tous les mois mais si le taux augmente alors c’est la durée qui augmente et vise versa si le taux baisse. Celui-ci est plus rassurant.

Le choix du taux variable ou du taux fixe est toujours selon l’emprunteur. Il faut bien voir toutes les possibilités, les inconvénients et les avantages pour ne pas trop trainer dans le paiement et pour avoir plus de sécurité. C’est surtout le dépassement de budget qu’il faut faire attention. L’un ou l’autre, les garanties recherchées doivent y figurer.