En quoi consiste votre offre de crédit

L’offre de crédit est un document réglementé, émis par l’établissement prêteur, il synthétise les modalités d’applications et les spécificités du crédit.

L’étape préalable à l’achat d’un bien immobilier consiste à obtenir un ou plusieurs prêts, pour ce faire vous adressez une demande d’emprunt à votre banque, une fois que celle-ci la valide, vous recevrez de sa part un document qui récapitule tous les paramètres du crédit qui n’est autre que l’offre préalable de prêt.

La banque doit l’envoyer par lettre recommandée avec accusé de réception, il est l’indicateur d la conclusion de votre négociation avec le banquier. Elle transcrit noir sur blanc le montant emprunté, le taux d’intérêt, la prime de l’assurance, les clauses de modularité ou les clauses de remboursement anticipé.

Si vous avez contacté plusieurs établissements financiers, ce document détaillé vous sera d’un grand secours pour comparer objectivement les offres.

L’offre de prêt suit des règles

Une série de mentions obligatoires doit être retrouvée dans une offre préalable de prêt. Les cautions éventuelles et l’identité des emprunteurs et prêteurs, la description du prêt : s’agit-il d’un prêt bancaire traditionnel, d’un prêt conventionné ou d’un prêt à taux zéro ; l’objet du prêt : est-ce pour construire une maison ou pour acheter un bien immobilier ancien ou un bien immobilier neuf ?, les modalités de mise à disposition des fonds ; le montant du prêt, le taux effectif global et ses modalités d’indexation et le coût total.

Le Taux Effectif Global ou TEG est l’élément de comparaison qui permet de faire jouer la concurrence car à la différence du coût nominal, il inclut les intérêts perçus par la banque et une partie de tous les frais accessoires (dossier, garanties et assurances).

La banque doit vous transmettre un tableau d’amortissement, cet échéancier vous indiquera le montant du capital amorti, le montant des intérêts à payer, celui du capital restant dû correspondant à chaque paiement.

Une notice d’information sur les conditions et les modalités de variation de taux vous sera fournie par la banque en ce qui concerne le prêt à taux variable. Vous y trouverez aussi les assurances exigées par la banque et leur coût et les garanties souscrites qui couvrent un éventuel défaillant emprunteur.

Seront aussi mentionnées les clauses de modularité et de remboursement anticipé, chaque établissement définit ces possibilités de report de mensualité. Les frais occasionnés par ce report doivent être détaillés. L’offre doit mentionner si les pénalités de remboursement anticipé sont applicables ou non. Elles s’élèvent à 3 % des capitaux restants dus et ne doivent pas excéder un semestre d’intérêts.

Le contrat aussi doit mentionner que sauf s’il s’agit du solde du prêt, des remboursements anticipés d’un montant inférieur à 10% du montant initial ne sont pas permis.

La validité de l’offre

L’établissement financier doit maintenir les conditions offertes dans un délai de 30 jours ou un peu plus s’il le souhaite.

L’acceptation de l’offre

A partir de la date de la réception de l’offre, celui qui emprunte dispose d’un délai légal de 10 jours pour rendre son verdict. Aucune réponse ne peut être exigée par la banque avant que ce délai ne soit expiré.

Le courtier immobilier est-il vraiment utile ?

Vous devez toujours recourir à un crédit si vous voulez acheter un bien immobilier pour qu’il soit loué ou pour y habiter.

Au départ l’acheteur seul s’adresse à sa banque pour obtenir une offre de prêt, si cette offre ne l’intéresse pas, il peut faire jouer la concurrence en consultant d’autres d’organismes prêteurs ou il s’adresse à un courtier immobilier. Pour que le processus soit plus rapide et efficace, le quart des ménages français consulte un courtier pour trouver un crédit. Le courtier vous fait bénéficier des points suivants :

1. Un gain de 0.5 point

Les courtiers sont en partenariat avec une centaine d’établissements financiers dont les grandes banques de réseau, les établissements financiers spécialisés, les caisses régionales de mutualistes.

Les directions financières de ces établissements leur offrent un taux de crédit moins élevé en contrepartie d’un volume de clientèle fourni par les courtiers. Il n’est pas étonnant donc qu’un client obtient une meilleure offre de son  courtier que de son  conseiller financier. La variation au niveau du taux peut être de 0.1 à 0.5 point de baisse, l’acquéreur donc gagne le prix d’un à 2 m2.

Les courtiers sont à jour sur la meilleure proposition du moment en se basant sur leur base de données de l’offre. Les banques donc n’adoptent pas les mêmes politiques et les écarts peuvent très conséquents au niveau d’une même région.

2. Des conseils pertinents

Les courtiers conseillent l’emprunteur sur son choix, opter pour un taux fixe ou un taux variable. Ils renseignent ses clients sur les aides qui permettent d’optimiser le crédit. Ils contrôlent si la suppression  des pénalités est prévue dans les clauses du crédit souscrit dans l’hypothèse où l’acheteur rembourse le crédit avant terme. Aussi si les mensualités peuvent être suspendues en cas de difficulté temporaire.

En 2010 le niveau des taux de prêt immobilier n’était jamais aussi bas et donc les courtiers ont eu plus d’activités. Le courtier mise aussi sur le marché de l’assurance associée au crédit. Les banques protègent et tentent de fermer ce marché à la concurrence car ce dernier lui rapporte beaucoup, à preuve un banquier accepte de réduire de 0.5 point le taux d’un crédit d’un client si celui-ci souscrit l’assurance chez la banque.

3. Une commission raisonnable

La commission touchée par les courtiers est équivalente à 1% du montant du prêt excédant rarement 1000 Euros, ou approximativement égal au montant des frais de dossier. Les banques en tant qu’intermédiaires se chargeant de prêt immobilier ne réclament pas des frais de dossier.

4. Comparer la proposition de plusieurs courtiers

Vous pouvez demander une première simulation ou vous entretenir avec plusieurs courtiers, et repérer celui qui répond à votre attente. Vous payez les honoraires du courtier une fois seulement qu’il devient intermédiaire.

5. Négocier la suppression des pénalités

Vous devez vous assurer que l’intermédiaire que vous avez choisi a négocié la suppression des pénalités équivaut à 3% du montant restant dû en cas de remboursement anticipé. Prévoyez cette hypothèse.

Le courtier votre allié pour avoir le meilleur financement immobilier

Les temps ont changé, les banques ne cherchent plus attirer des clients et resserrent les conditions d’obtention de crédit. Pour obtenir son prêt immobilier donc il faut être bien renseigné et savoir négocier. Comment faire et bien alliez-vous avez un courtier.

Le courtier Credixia par exemple affirme que même si le contexte économique actuel est morose, le marché immobilier est actif. Les banques octroient toujours des crédits immobiliers mais avec un taux variable d’une banque. Les écarts peuvent être de 1 point.

Avoir recours à un professionnel n’est ni une perte de temps, ni une perte d’argent car les banques sont de plus en plus strictes  et exigeantes sur la qualité des dossiers, elles pinaillent sur certains critères. Le courtier connaît les ficelles du métier, s’il s’occupe directement de la gestion globale de votre dossier ne dépendant pas non plus des établissements bancaires, non seulement vous pourriez bénéficier d’un meilleur financement mais vous gagnerez aussi en terme de temps et d’argent.

Le financement immobilier est une somme d’argent constituée des fonds de capitaux extérieurs. La banque garantit ce financement immobilier pour vous puissiez financer vos projets d’achat dans les conditions qui vous conviennent. De votre situation économique et sociale dépendront les modalités du financement immobilier et les taux.

Comment obtenir le meilleur financement immobilier ?

La solution miracle assurant le meilleur financement immobilier pour sa personne ou sa famille n’existe pas. Le financement immobilier est similaire à une forme financière qui doit être conçue de manière crédible, avec beaucoup de réflexion et en cohérence avec les règles qui encadrent le financement immobilier dans votre localité.

La localité où vous vous trouvez, votre situation personnelle et le temps modifient les offres de financement immobilier.

Il fût un temps où les pouvoirs publics ont changé les prestations de financement immobilier, ils cautionnaient le financement immobilier et la manière que vous utilisez pour gérer votre portefeuille. Mais en ce qui concerne le financement immobilier, le dernier mot vous revient et pour y faire face vous devez être bien renseigné sur le sujet.

Les qualités du courtier

Les conditions tarifaires obtenues par le courtier sont toujours plus intéressantes que celles que vous obtenez en négociant seul. Il détient déjà un répertoire d’adresses à contacter. Il fait donc jouer la comparaison et la concurrence pour bénéficier des meilleures conditions pour un dossier. Il a la capacité de monter un dossier béton, de le présenter et de convaincre son interlocuteur avec de bons arguments pour avoir le financement. Son expérience permet aux clients détenteurs de dossiers difficiles d’avoir une certaine espérance. Le projet sera  ainsi optimisé avec les services négociés par le courtier, par exemple offrir une « meilleure assurance emprunteur » à la différence d’une banque.

Alors n’hésitez pas à faire appel à un courtier pour vous aider et sachez choisir le bon courtier. Il doit maîtriser les rouages financiers et économiques de notre période. Il est bon s’il vous fait gagner un m sur le taux d’intérêt, sur le mode de paiement des mensualités. Il doit pouvoir mettre à votre disposition un tableau comparatif avec toutes les options intéressantes.

Le plan de financement d’un crédit immobilier

Si vous souhaitez réussir votre achat immobilier, vous devez prévoir les dépenses qui vont venir et maîtriser vos capacités financières.

Un projet immobilier commence par un rêve qui deviendra réalité par la suite, l’appartement ou la maison que vous souhaitez acheter aura une valeur sentimentale car vous l’avez choisi avec une certaine passion.

Une fois que vous avez trouvé le coup de cœur, il faut maintenant descendre sur terre et réfléchir à la manière rationnelle de concrétiser ce projet.

Le plan de financement entre en jeu ici et son but est de vérifier si l’opération est réaliste. Ainsi vous devez calculer combien coûte l’opération et évaluer vos ressources financières pour y faire face.

Concentrez-vous sur vos revenus mensuels, on considère en tant que revenus les salaires net perçus par contre les rentes telles  que les pensions alimentaires ne constituent pas une bonne base car elles ne sont pas censées durer tout au long du crédit. Généralement 33% de vos revenus mensuels seront consacrés à votre crédit et le reste pour assurer les dépenses de la vie courante.

Un taux d’endettement plus élevé sera risqué pour vous alors ne vous emballez pas trop si la banque vous accorde plus.

Un tableau de financement est composé de la partie à financer c’est-à-dire les dépenses dont le prix d’achat, les frais d’agence et de notaire, les dépenses en travaux et les ressources dont l’apport personnel, le PEL ou Plan Epargne Logement facilitant l’achat d’une résidence principale grâce à l’épargne qui a été constituée régulièrement, le PTZ ou prêt à taux zéro est une avance qui nous est octroyée sur laquelle nous ne payons pas d’intérêt et qu’il faut rembourser par la suite.

Comme il a été dit plus haut ce crédit génèrera des dépenses, il y a d’abord le prix de logement proprement dit et des coûts de travaux éventuels pour relooker votre futur logement. Viennent ensuite différents frais à savoir les frais de notaire valant 5 à 10% du prix d’achat, les frais de déménagement ; les frais de dossier, la cotisation d’assurance, et si votre logement sert de garantie les frais d’hypothèques. Ensuite n’oubliez pas les taxes d’habitation et la taxe foncière ainsi que les charges de copropriété.

Profitez-en des prêts complémentaires

Du côté des ressources, vous devez savoir hormis votre apport personnel sur quelles autres ressources pouvez-vous compter pour couvrir les dépenses citées précédemment.

Bien que la ressource principale vienne de la banque c’est-à-dire le prêt immobilier, il faudra recourir à d’autres solutions de financement qui vous sont accessibles. Nous pouvons citer le prêt à l’accession sociale, le prêt à taux zéro pour une résidence principale et le prêt épargne logement.

Le prêt à l’accession sociale ou PAS est destiné à financer l’achat de la résidence principale de celui qui emprunte, de son conjoint, ou des héritiers. Ce prêt a été mis en place par les pouvoirs publics pour permette à chaque ménage d’être propriétaire.

Le PAS finance le terrain, des annexes par exemple le garage, un logement neuf fini ou en cours d’achèvement, un logement ancien avec ou sans travaux.

Pour éviter les mauvaises surprises, raisonnez  avec un coût maximal de projet et un minimum de financement. Et donc votre plan de financement sera réactualisé en fonction de l’avancement du projet.