Faire un prêt immobilier avec le compte / plan épargne logement

Il existe en ce moment différents moyens de devenir propriétaire de sa résidence. Chaque ménage a une large gamme de choix entre les nombreux types de prêts immobiliers : prêt à taux zéro plus, le prêt Paris logement pour les Parisiens, le prêt employeur, le prêt fonctionnaire, etc. Le prêt immobilier avec le Plan / Compte épargne logement en fait parti.

Qu’est ce que le Plan épargne logement ?

Le plan épargne logement ou PEL est un dispositif de prêt immobilier consistant en deux phases. La première phase est celle de l’accumulation de fonds dans un compte épargne. Une épargne permet d’obtenir des intérêts donnés par la banque avec une prime octroyée par l’État. La deuxième phase concerne l’emprunt proprement dit. Cette étape n’est enclenchée que lorsque le fonds requis est fourni. La durée minimale de l’économie en PEL est de 36 mois. Le taux d’intérêt en épargne remonte à 2,5% en général. L’emprunteur peut y obtenir jusqu’à 92 000 euros pour un taux de prêt de 4,2%.

Qu’est ce que le Compte épargne logement ?

Le compte épargne logement ou CEL ressemble en tout point au Plan épargne logement détaillé ci-dessus dans la phase de l’épargne et celle de l’emprunt. Mis à part ces deux étapes, le CEL présente quelques différences comparé au PEL. Le montant de l’emprunt est nettement plus faible que celui proposé en PEL. Ce montant revient à 23 000 euros maximum pour une durée d’épargne de 18 mois au minimum. Cet emprunt convient très bien aux travaux de rénovation et non à l’achat comme au PEL. Le taux de l’épargne est à 1,5% en CEL. En outre, le taux du prêt est à 2,75%. Le délai de remboursement est compris entre 2 et 15 ans pour les deux.

Qui peuvent être bénéficiaires ?

Pour devenir propriétaire avec le PEL ou le CEL comme dispositif de prêt immobilier, il faut respecter quelques critères. Avant tout, il faut savoir que la résidence principale uniquement peut jouir d’une épargne logement à partir du 1er Mars 2011. Si le choix de l’acquisition est dans l’ancien, cet achat doit obligatoirement concerner la résidence principale. Par contre, la condition n’est pas la même avec un neuf. Le compte et plan épargne logement permet l’obtention d’un bonus épargne logement. Ce bonus est d’autant plus important quand l’habitation à acheter est de faible consommation.

Quels sont les caractéristiques du Plan / Compte épargne logement ?

Le prêt immobilier avec le Plan / Compte épargne logement a de nombreux avantages. La majeure partie des banques le propose. Il est faisable même avec un autre prêt. La prise en charge des dossiers est gratuite. Ce prêt immobilier bénéficie d’une réduction des frais de garantie. De plus, le taux d’emprunt est différent des autres. Toutefois, la somme du prêt est calculée en fonction de l’économie faite en PEL et CEL. En cas de faible montant de l’épargne donc, la somme obtenue est insignifiante également. Avoir des droits à prêt élevés permet quand même de recevoir un bon montant.

Le prêt à taux zéro + pour devenir propriétaire

Faire un prêt immobilier est un excellent moyen de devenir propriétaire d’un logement. De nombreux dispositifs permettent à chacun de choisir le prêt qu’il lui convient par rapport à sa situation financière. Le prêt à taux zéro plus ou PTZ+ en est un exemple. Il s’agit d’une toute nouvelle option de créée depuis cette année 2011. Ce type de prêt donne plus d’importance aux maisons à faible consommation.

Le principe du prêt à taux zéro + ou PTZ Plus

Le prêt à taux zéro + est le successeur du PTZ ou prêt à taux zéro. Le PTZ n’existe plus depuis le début de cette année. En effet, comme son nom l’indique, il n’y a pas de taux d’emprunt dans le PTZ+. Ceci est valable dans le cas où l’acquisition concerne le premier achat d’un logement. Dans ce cas, les intérêts de l’emprunt sont à la charge de l’État. La préparation des dossiers est également exemptée de frais. De nombreux facteurs peuvent influer dans le montant du PTZ+ tels que le salaire, le nombre d’enfants, la région de l’habitation et la consommation énergétique de cette habitation. Ce dernier point est un élément essentiel dans cet emprunt puisque le PTZ+ favorise les logements de classe énergétique A et C.

Comment bénéficier du prêt à taux zéro plus ?

En principe, seuls les « primo accédants » peuvent jouir d’un prêt à taux zéro plus en prêt immobilier. En fait, les primo accédants sont les familles n’ayant jamais été encore propriétaires auparavant. Du moins, ce dispositif est accordé aux foyers qui n’ont pas été acquéreurs d’un logement depuis deux ans et plus. Ceux qui ne disposent pas encore de leur lieu d’habitation principal en font aussi partie. Avec le PTZ+, le ménage a le choix entre acheter une nouvelle résidence ou acheter dans l’ancien. En ce qui concerne le revenu du ménage, il n’y a pas de ressources de base ou un montant plafond de ressources avec le PTZ+. Mis à part les primo accédants, il y a une exception avec les personnes handicapées de 2e ou 3e catégorie, les individus bénéficiant d’une allocation et ceux qui ont perdu leur habitation lors d’une catastrophe.

Les conditions du remboursement du prêt à taux zéro +

Le remboursement du PTZ Plus s’effectue en deux périodes ou en une seule. Quelle que soit la période voulue, le délai de remboursement ne dépasse jamais les 23 ans et ne va pas en dessous de 5 ans. La personne ayant emprunté bénéficie d’un temps de réduction du délai de remboursement de 4 ans et moins. Dans le cas où il s’agit d’un remboursement en deux temps, le montant différé ne dépasse pas plus de 45% du montant total du prêt immobilier. De plus, le délai de remboursement de la deuxième période est compris entre 2 à 7 ans.

Le calcul du montant général de l’emprunt dépend de la localisation géographique de l’acquisition ainsi que de la quotité et de la somme du prix d’achat et celui des travaux.

Le prêt immobilier est-il facile ou difficile à obtenir ?

Le crédit immobilier est un produit connu de tous les acquéreurs qui veulent faire un achat immobilier.

Pour obtenir un bon crédit, vous devez élaborer un plan de financement et ce dernier doit présenter un certain nombre d’atouts pour séduire les banquiers. De la valeur de votre apport personnel dépendra le montant de votre prêt. Il doit être le plus conséquent possible allant de 10% à 30% de la somme prêtée. Les produits d’épargne comme le PEL (Plan d’Epargne Logement) et le CEL (Compte Epargne Logement) peuvent être utilisés à titre d’apport personnel. Doivent y être mentionnés aussi votre revenu disponible et votre capacité de remboursement. Le revenu disponible est obtenu en soustrayant de tous vos salaires, rentes et pensions toutes les charges telles les assurances et les charges de famille. Aussi vous pouvez rembourser jusqu’au tiers de votre revenu disponible.

D’autres critères aussi sont à prendre en compte avant d’entreprendre toute autre action : déterminer la somme à empruntée, faut-il ou non faire appel à un courtier, quelles assurances et garanties souscrire ?,  s’agira-t-il d’un prêt à taux fixe ou à taux variable.

Lorsqu’on demande un prêt immobilier, il faudra faire preuve de patience car plusieurs étapes doivent être franchies.

L’achat du bien immobilier donc se fait à crédit et une demande de prêt immobilier doit être déposée par l’acheteur en respectant le délai mentionné dans le compromis de vente.

Si l’acquéreur n’obtient pas son crédit dans un délai de 45 jours à partir de la signature de la promesse de vente alors il ne recevra pas l’indemnité d’immobilisation.

La banque

La banque analyse la demande de prêt en consultant le compromis de vente, le devis des travaux, les éléments constitutifs de l’apport personnel, les pièces justifiant les revenus et les charges.

La nécessité d’un courtier

Le courtier au même titre que l’assureur vous rend service. Vous pouvez les contacter sur  internet ou vous rendre auprès d’une agence. Etant donné que le courtier se met en partenariat avec les banques, il est en bonne position pour orienter l’emprunteur vers l’organisme prêteur qui acceptera facilement de financer le projet immobilier. Ainsi donc il fera le tour des banques pour leur présenter et vendre votre projet. Leur service est soit gratuit, soit ils réclament en fait les frais de dossier demandés par les banques.

La proposition de prêt définitive offerte par les banques

Elle doit mentionner la description du bien, à combien s’élève le prêt ?, est-il à taux fixe ou à taux variable ?, le taux effectif global, dans le cas d’un prêt à taux fixe l’échéancier de remboursement, la caution ou l’hypothèque, l’assurance décès-invalidité. Par contre si le prêt est à taux variable, elle doit fournir une notice qui nous informe de la durée du prêt, une simulation de l’effet de la variation de taux sur les mensualités, du coût total du crédit.

L’emprunteur reçoit l’offre de prêt en deux exemplaires par lettre de recommandée de la banque. Elle est valable pour 30 jours toutefois l’emprunteur ne peut l’accepter avant 10 jours. Sachez qu’une fois que vous acceptez l’offre de crédit, vous ne pouvez plus modifier l’offre de crédit. Ce délai est valable pour le prêt à taux fixe et à taux variable.

Vous voulez souscrire un crédit : ce qu’il vous faut à tout prix en matière des garanties et assurances

La majorité des acquéreurs demande un prêt immobilier pour acheter un bien immobilier. Vous devez optimiser votre plan de financement. Les éléments suivants doivent être examinés en détail : le montant à emprunter à la banque, le recours à un courtier, le choix d’un prêt à taux fixe ou variable ou la souscription des assurances et garanties.

Lorsque l’emprunteur est défaillant, les assurances et les garanties prennent le relais et d’ailleurs on impose l’assurance à l’acheteur pour que celui-ci soit en mesure de payer ses mensualités s’il est victime d’accident ou  gravement malade.

Après cette phase, si la situation n’est pas résolue c’est-à-dire que la banque n’est pas remboursée alors il pourra mettre le bien en vente et rembourser sa dette avec le produit de cette vente.

Les assurances de l’emprunteur

L’assurance décès invalidité est obligatoire pour l’emprunteur qui souhaite obtenir un prêt immobilier. Comme son nom l’indique, elle assure le remboursement du crédit si l’emprunteur décède ou est victime d’une invalidité physique ou mentale. Son coût vient gonfler le coût global du crédit.

Si nous sommes en face d’une situation de co-emprunteurs, soit l’assurance est souscrite par l’un d’eux, soit les deux parties souscrivent simultanément cette assurance. L’assurance décès-invalidité peut être définie de deux manières : elle peut être exprimée en pourcentage du montant emprunté ou en pourcentage du capital restant dû ou même un coût correspondant à un montant défini.

L’assurance perte emploi est facultative mais vous ne serez pas protégé en cas de chômage. Elle est valable pour une durée limitée et après une période de franchise lorsqu’un chômage est indemnisé par le Pôle emploi.

La délégation de l’assurance

C’est une option ou une possibilité offerte à l’emprunteur de souscrire individuellement auprès d’un assureur et cette assurance est déléguée au bénéfice de la banque. S’il ne choisit pas la délégation, il opte pour l’assurance de groupe proposée par la banque. Plusieurs emprunteurs préfèrent la délégation d’assurance à l’assurance offerte par la banque car elles coûtent moins cher. Si les emprunteurs souffrent de pathologies chroniques, les emprunteurs peuvent  solliciter une assurance de la convention AERAS qui mentionne la clause de s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé.

Les garanties du prêt immobilier exigées par la banque

Au moment de la conclusion du prêt, l’établissement financier exige toujours une des garanties suivantes : une caution, une hypothèque, ou une inscription de prêteur sur deniers.

Avec l’hypothèque et le privilège du prêteur de deniers, la banque est autorisée à saisir l’immeuble pour le vendre et ainsi déduire sur le prix de vente le montant du capital et 3 ans d’intérêts sur le prix de vente. La caution contractée auprès d’un organisme spécialisé, rembourse le crédit à la place de l’emprunteur. Cette garantie est plus avantageuse en termes de coût sur le long terme car elle permet à celui qui emprunte de toucher une partie de la somme versée à l’échéance.

L’emprunteur qui se trouve en difficulté de remboursement a toujours intérêt à négocier des délais de paiement à sa banque.