Garantir le prêt immobilier avec une hypothèque ou une caution, quel est le bon choix ?

Si vous souhaitez obtenir un prêt immobilier, il faudra choisir entre ces deux garanties. Pour sécuriser le financement qu’elle accorde, la banque obligera l’emprunteur à mettre en place l’une de ces garanties.

L’établissement va revendre cette garantie appliquée sur le bien immobilier devant être financé par l’emprunt, au cas où l’emprunteur faille à ses obligations.

En fait la banque choisit entre quatre garanties dont l’hypothèque, l’inscription en privilège de prêteur de deniers (IPPD), la caution auprès d’une société de cautionnement, la caution « mutuelle fonctionnaire ».

 

  • L’hypothèque :

 

il est adapté pour le financement d’un bien immobilier neuf ou d’un logement ancien. L’hypothèque est depuis longtemps la garantie affectée à un prêt immobilier. La banque y gagne plus que l’emprunteur avec l’hypothèque. La banque avec cet acte notarié peut procéder à la saisie puis à la revente du logement financé par le prêt, et l’emprunt doit supporter un surcoût. En plus, ce dernier doit encore prendre en charge une taxe de publicité foncière fixée à 0,615% du montant emprunté et les frais d’hypothèque peuvent s’évaluer à 2% du montant du prêt immobilier souscrit.

 

  • l’inscription en privilège de prêteur de deniers (IPPD) :

 

il fonctionne comme l’hypothèque, la différence c’est qu’il ne s’applique qu’à un bien immobilier ancien. La banque pour sécuriser son investissement peut aussi saisir le bien immobilier acquis afin de le revendre au pire des cas.

Comme c’est un acte notarié, il doit être enregistré auprès de la  Conservation des Hypothèques. Cet enregistrement se fait deux mois après que le bien immobilier concerné soi vendu. L’IPPD porte sur un logement existant, il coûte moins cher à l’emprunteur qu’une hypothèque et n’est pas soumis à la taxe de publicité foncière.

 

Ces deux premières garanties sont spécifiées par la main levée.

L’hypothèque ou l’inscription en privilège de prêteur de deniers peut prendre fin avec l’ace juridique, la mainlevée. Deux ans après la fin du prêt immobilier, il prend effet. Si l’emprunteur décide de revendre le logement qu’il a acquis grâce à son prêt immobilier, la main levée intervient en cours du contrat. Demandé par l’acheteur au vendeur pour que la banque ne saisisse pas le nouveau logement.

 

  • La caution auprès d’une société de cautionnement

Les sociétés de cautionnement ont été conçues par les banques pour réduire les frais de garantie pour les particuliers.

La caution couvrira la dette contractée sur des biens immobiliers neufs ou anciens. Les banques gagnent en rentabilité et les clients en tirent des avantages avec ce type de crédit.

Si le débiteur est défaillant, la société de cautionnement remplit ses obligations. En échange, l’emprunteur versera à la société de cautionnement, dès le déblocage des fonds :

ü  une contribution à un Fonds mutuel de garantie

ü  une commission qui est définitivement acquise par l’organisme de caution

  • La caution « mutuelle fonctionnaire »

Elle est destinée à un public plus restreint comme les fonctionnaires de l’Éducation Nationale, de la Justice, de la Police, du Trésor et quelques activités particulières.

 

Entre l’hypothèque et la caution, la caution ne nécessite pas la mainlevée car nous sommes en présence d’un acte sous seing privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>