Le courtier et sa place dans le prêt immobilier

Le travail d’un courtier

En prêt immobilier, le courtier est la tierce personne. La première étant l’emprunteur et le deuxième le prêteur. Il est engagé par le demandeur de prêt pour s’occuper de son cas. C’est lui donc qui cherche la meilleure institution financière pour son client. C’est à lui d’établir son dossier pour que l’acceptation soit maximale. Sa fonction lui incombe de connaitre toutes les offres et toutes les garanties des banques pour qu’à chaque cas d’un client, il anticipe la réponse. Il est tenu d’obtenir le meilleur taux, le meilleur contrat d’emprunt pour son client. Avoir recours à un courtier augmente les chances d’avoir le prêt qu’on veut. Cependant, utiliser ses services n’est pas obligatoire mais de plus en plus demandée. Dans les pays d’Europe, cette pratique est courante.

Les courtiers sont les armes des banques pour faire du profit. Ils sont devenus l’échelle de la concurrence entre les institutions financières. Les courtiers rendent un grand service aux banques et en contrepartie, ils sont privilégiés et obtiennent une réduction de taux. Les courtiers ont des banques « partenaires » à leur actif. Chez ces banques, ils proposent les dossiers de leurs clients.

Les courtiers ont au moins un diplôme de Bac+2 à Bac+5 dans les domaines du commerce, de la gestion ou des formations techniques ayant un rapport avec leurs domaines (agriculture, biochimie, finance,…)

Sa rémunération et sa commission

La différence d’une rémunération et d’une commission dans le travail d’un courtier n’est pas très grande. Si on analyse les définitions, c’est surtout le terme de commission qu’on peut employer. Que ce soit venant de ses clients ou des banques partenaires, le courtier touche un pourcentage des signatures des contrats conclus.

Sa commission vient de son client et de la banque. Son client versera sa commission seulement après obtention du prêt. Le courtier ne peut pas demander sa commission ou même une partie pendant la négociation et la recherche de l’emprunt. La loi MURCEF est claire sur la commission des courtiers.

Les commissions bancaires sont fixées dans les conventions entre le courtier et la banque. La commission est en fonction du montant de prêt, le pourcentage figure dans la convention. Le courtier est donc rémunéré à chaque signature de contrat qu’il obtiendra pour la banque. C’est surtout la banque qui verse une grande partie de sa rémunération. Certains courtiers ne demandent pas d’être payés par leurs clients. Mais c’est un cas assez rare.

L’E-courtier

C’est une nouvelle forme du métier de coutier. L’interface utilisée est le web. Le travail est le même mais celui du e-courtage consiste surtout à orienter les demandeurs vers les banques adéquates à leurs demandes. Les courtiers analysent le dossier et proposent les meilleures offres. Le client et le courtier ne se rencontrent pas. Ils ne demandent donc pas de commissions à leurs clients. Dans certains cas de courtage, les e-courtiers sont agréés. Les formations d’études doivent aussi être les mêmes que les autres courtiers puisque le but du travail est le même. Les e-courtiers sont aussi en partenariat avec les banques, ou plutôt les sites web des banques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>