Les frais d’un prêt immobilier

Les frais liés au prêt.

Un prêt immobilier nécessite des frais. Il y a les frais liés directement au prêt c’est-à-dire au montant du prêt.  Certains demeurent obligatoires mais peuvent être négociés. Chaque institution de crédit a leur propre politique sur les frais d’un prêt.  Le montant, la durée du paiement et la négociation sont différentes d’une banque à une autre. Les intérêts ne sont pas les seuls frais à payer à part le montant global de l’emprunt. Les frais sont utiles pour l’étude du cas de votre dossier. Ils sont nuls pour le prêt à taux zéro (PTZ). Les frais de dossiers peuvent atteindre 1 % du montant du prêt immobilier mais seront nul si votre dossier est refusé.

Si vous pensez anticiper votre remboursement sachez qu’il y a des frais. Ce cas n’est pas très apprécié par les banques car l’anticipation diminue le nombre d’échéances à payer. Et peuvent donc diminuer leurs intérêts. Les conditions sont dans le contrat, donc avant de signer, assurez-vous qu’elles sont acceptables et ne nécessitent pas de payer beaucoup trop de frais. Il faut préciser que le paiement anticipé ne peut pas se faire dès le remboursement. Il faut atteindre un certain pourcentage de remboursement pour pouvoir payer l’effectif. Le montant du frais est à 3 % de la somme restante.

Si votre prêt n’est pas débloqué en une seule partie, vous devez payer aussi les intérêts intercalaires. Les termes sont définis par la banque concernant le taux.

 

Les frais liés à celui du notaire

Le notaire est la personne qui certifie les dossiers de prêt, d’assurance, de vente, à peu près tous les contrats passent par lui. Les frais du notaire ne sont pas en totalité pour lui, il y a des taxes pour l’Etat, les frais pour le client. Quelques éléments constituent les frais du notaire. La rémunération que touche le notaire est appelé les émoluments fixes. C’est ce que le client doit payer pour le travail qu’a fait le notaire. Les émoluments proportionnels calculés par tranche de prix sont définis et tarifés officiellement. La taxe de publicité foncière est de 0,60 % pour les habitations neuves contre 3,60 % pour les anciennes. Ce taux n’est pas fixé par le notaire, c’est la loi qui le dicte. Puisque c’est le notaire qui s’occupe du dossier alors c’est lui qui se charge de le payer au nom de son client, et c’est ce dernier qui déboursera la somme. 1,20 % du montant du bien est par contre sont versés pour la commune, c’est la taxe additionnelle. Le frais d’assiette et de recouvrement quant à lui s’élève à 2,50 % du montant de la publicité foncière. La taxe nouvelle est soit de 0,10 % ou soit de 0,20 % si le logement est ancien ou neuf. Il se peut que le notaire débourse de lui-même quelques sommes dans les bureaux administratifs. Alors le client doit aussi rembourser ces sommes qui sont nommés les débours. Le notaire ne prendra pas de pourcentage, les pièces justificatives sont utiles. La TVA, n’est à payer que pour les biens immobiliers neufs. Et enfin le salaire du conservateur des hypothèques à 0,10 % du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>